Silices

IMG_0668

Affolement prosaïque ou feu follet stoïque 
Et vent, toujours. 
Malgré la verdoyance du jour, 
(Empreinte aride de la terre), 
La mer mouvante tarie de sable, 
Face à ce soleil qui enterre
Et aux dunes qui brûlent 
Une peau nue coupable
Noire comme le ciel : 

Mère des chimères à la corne brisée, 
Chronique d’un firmament famélique 
Mais absence, jamais. 

Flamme dans l’œil des volcans doux cyclone de lave.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :