Erreur

Zigzaguant résolument de Charybde à Scylla,
Zozotant les mêmes prêches imbus (en vérité) de visibles faiblesses
Il arrive que tantôt on se prenne un retour de bâton

Et invoquant vainement les dieux,
Semant la zizanie,
En cherchant à châtier les hyènes de fausses infamies,
Sans souci s’évertue le sage à tuer son ennui.

Mais mûrir n’est-il que mimer l’aménité,
Terrasser de tangibles instincts qui rendent timorés ?
Au moins, pour leur part, et rendons-leur ceci,

Les hyènes savent se tenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :