Rubis

Qu’y avait-il d’autre à faire
Justement, que d’attendre
Plutôt que se morfondre,
Impuissants et exsangues

Le temps va à son rythme
Mais son œuvre éternelle
Guérit les plaies risibles
Dont nous aimons souffrir

Le temps, tissant sa toile
Éphémère s’il en est
N’est craint que de celui
Qui rumine ses regrets

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :