Défait(e)

IMG_0018

Reste d’amertume sur le bitume du souvenir,
Silhouette sombre qui sombre dans un noir illusoire
Je suis hier, lit de l’avenir violé sans violence,
Sur la route du temps au pas de l’impatience
Je suis hier, balbutiement hautain de déluge en déboire.

Je suis hier, aversion pour l’averse et versatile verset.
De nuit, vision vide d’une valse trop vite avortée.
Rengaine des rondeurs, peur panique de tomber,
Je suis hier, les pieds libres dans la boue,
Et seule ma morne morgue me nourrit de dégoût.

Je suis hier,
Chaleur chancelante, chère à mon cœur,
Criant de la geôle qui cèle les erreurs,
Je suis seul, les yeux ivres, au vent
Debout sur le rythme des souvenirs.

Je suis le rouge de mon canapé
Et le frisson blanc de l’hiver.
Certitude contredite, happé
Par l’ennui, qui mord et qui perd.

Je suis demain, dément,
Crépitant comme le feu sur un bois encore vert
Je suis espoir et peur, éperdu et solaire,
Je suis demain, reflet fier d’un visage, non du mien

Et demain, je naîtrai.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :