Pleine lune.

L’alcool brûlant, la musique qui bourdonne,

Les visages tournent, se déplacent,

Les couleurs fugitives aveuglent,

Ne reste que sa main,

Seule sensation qui me rattache à la réalité.

Et je supplie la lune ce soir là,

Puisqu’on est venu lui vouer un culte.

Les limites sont franchies, mais par qui ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :