Vieux motard que jamais

NAEVA : Mais dis-moi, Joron, dès lors que nous sommes devenus amis, la QJ a-t-elle pu modifier nos relations ?

JORON : Penserais-tu, âme perdue, que les circuits neurologiques qui nous tiennent lieu d’armure, auraient ployé sous le poids d’une amitié QJfiesque ?

NAEVA : Ainsi, tu affirmes, cher ami, que les chemins qui mènent à la drogue seraient parsemées d’embuches en tout genre, dont l’amitié ? Que nous commençons à considérer l’amitié comme un fléau atteignant à la solitude ?

JORON : Mais, dis-moi, espèce de pute, l’ironie totale n’est pas dans la résignation, mais dans le fait de croire qu’il existe un ouragan de lumière, un monde parallèle, ainsi que l’éternel retournement situationnel dont le monde fait partie.

NAEVA : Et c’est ainsi, que nous, êtres humains, cédons à la musique, le seul réel sentiment qu’est l’amour.

JORON : Mais, âme impudique, ne sais-tu pas que la détresse intense des méduses est pareille à ce fardeau immense et désespéré.

NAEVA : Avec des frites.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :